Le 14 juillet dernier, un violent incendie s’est déclaré dans le massif de la Montagnette,  aux abords des communes de Graveson et de Barbentane. Au total, près de 1600 hectares de forêt et de garrigue sont partis en fumée. Des centaines de pins d’Alep, chênes kermès, cyprès et peupliers blancs ont ainsi disparu, sans mentionner les plantes typiques de Méditerranée (thym, genêt, lavande aspic) et les espèces végétales rares et protégées (dicapdi tardif, crépide de Suffren, corisperme de France). Quant à la faune sauvage, elle a autant souffert des ravages du feu. Oiseaux, mammifères, reptiles et insectes, vitaux au maintien de l’écosystème local, ont ainsi péri dans les flammes.

Au-delà des conséquences désastreuses pour l’environnement, l’économie locale va également souffrir des répercussions de l’incendie. Car le massif de la Montagnette est au cœur de notre patrimoine provençal, contribuant à la fois à sa richesse historique, culturelle, écologique et économique.

Historique, car la Montagnette et la plaine de Maillanne disposent d’un patrimoine historique et architectural remarquable : l’oppidum de la Roque, l’Abbaye de Saint Michel de Frigolet, la Maison des Chevaliers ou la Tour Anglica, entre autres.

Culturelle, car le lieu a inspiré de nombreux artistes : les écrivains Frédéric Mistral, Alphonse Daudet et Marie Mauron et le peintre Auguste Chabaud.

Écologique, car le massif calcaire de la Montagnette, rattaché au chaînon des Alpilles, est l’un des poumons verts du département des Bouches-du-Rhône et un véritable réservoir de biodiversité.

Économique, parce que cette même biodiversité est essentielle à l’activité humaine. De nombreux professionnels sont directement dépendants de ce territoire unique :

  • nos apiculteurs, qui produisent miel, gelée royale, propolis et pollen grâce aux abeilles butinant les différentes essences présentes dans le massif ;
  • nos arboriculteurs, horticulteurs et agriculteurs qui, sans la présence des pollinisateurs, ne peuvent produire les fruits, légumes, fleurs et huile d’olive faisant la renommée de la Provence ;
  • nos hôteliers, restaurateurs, musées et établissements de loisirs, qui jouissaient jusqu’à présent des retombées positives du tourisme mais risquent de voir leur fréquentation décroître, au vu de la détérioration nette d’un cadre naturel exceptionnel.

La distillerie Frigolet n’échappe pas aux conséquences délétères de l’incendie, l’activité de l’établissement dépendant grandement de son environnement direct :

  • notre produit phare, la liqueur Frigolet, produite depuis 1865 à Châteaurenard, est entre autres fabriquée à partir de plantes et de miel locaux ;
  • la distillerie jouit du tourisme, puisqu’elle est non seulement ouverte aux visites, mais est également le premier point de vente de nos produits (outre l’e-boutique).

Le reboisement de la Montagnette est donc primordial à notre survie, pour les années à venir. C’est la raison pour laquelle la distillerie Frigolet fait un appel aux dons.

La reconstruction du massif est aujourd’hui envisagée en trois étapes :

  • des études post-incendies, pour inventorier et cartographier les dégâts et programmer les travaux de réhabilitation ;  
  • des travaux d’urgence et de prévention de l’érosion ;
  • les travaux de restauration pure, comme l’accompagnement de la régénération naturelle, le recépage et la plantation.

La distillerie Frigolet procédera comme suit :

  • chaque achat sur le site peut donner lieu à un don, d’un montant libre, à hauteur des moyens de chacun ;
  • il suffit de cocher, lors de la procédure d’achat en ligne (panier), la case associée et de saisir le montant du don ;
  • le prélèvement s’effectuera automatiquement sur votre compte, additionné au montant de votre achat ;
  • d’ici la fin 2022 ou le début 2023, la distillerie Frigolet distribuera aux différents organismes les fonds collectés.

Il n’y a pas de petit don, chaque euro compte.  Il ne tient qu’à vous d’agir pour la forêt, pour la survie d’une économie directement impactée par la catastrophe et, plus généralement, pour la préservation d’un patrimoine naturel bénéficiant à tous – petits et grands, touristes et locaux, générations futures.

Par avance merci !

David Inisan, propriétaire de la distillerie Frigolet

fr_FRFrançais